Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

https://img.over-blog-kiwi.com/2/14/87/86/20161025/ob_bbc1e8_sam-0242.JPG des éditions Mango

   Ce conte de Grimm (connu aussi sous le nom de Raiponce) s’adresse aux enfants à partir de 6/7 ans.

   C’est l’histoire d’une sorcière qui oblige un pauvre homme de lui donner son enfant dès sa naissance, parce qu’il lui a volé des salades.

   La sorcière garde Doucette prisonnière dans une tour isolée, au milieu de la forêt. Pour monter lui rendre visite, la sorcière crie :

« Doucette, Doucette !

De tes cheveux, fais une chaînette. »

   Doucette déroule alors sa longue et magnifique chevelure, et la sorcière peut grimper, pour la rejoindre.

   Mais au bout de quelques années, un prince surprend ce manège, et en profite pour prononcer ces paroles, et surprendre Doucette, qui n’avait jamais vu quelqu’un d’autre que la sorcière, dans sa tour. Elle finit par le trouver meilleur compagnon (heureusement !).

   Ils projettent de s’évader. Malheureusement, un jour, la jeune fille (un peu gourde !) dit étourdiment à la sorcière :

« Comment se fait-il que vous mettiez tant de temps à grimper alors que mon prince est auprès de moi en quelques secondes ? »

   Le résultat est que la sorcière lui coupe les cheveux avec des ciseaux, Lorsque le prince revient, la sorcière lui tend la longue chevelure et le prend au piège. Le pauvre prince est projeté en bas de la tour. Il en réchappe, mais les buissons de ronces sur lesquels il est tombé le rendent aveugle.

   Le malheureux prince aveugle recherche sa Doucette perdue ; il finit par la retrouver dans le désert où la sorcière l’a conduite. La jeune fille le reconnaît, et se jette dans ses bras. Deux de ses larmes touchent les yeux du prince, qui retrouve la vue.

   J'ai bien aimé cet album, car les illustrations sont belles, puissantes en évocation. La fin se termine bien, et on sent une certaine intensité dans ce conte.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :