Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Belle et la Bête, une belle histoire d'amour

Editions cerf-volant et Editions Beaumont

   Voici l’adaptation d’un conte de J.M Leprince de Beaumont, pour les enfants dès l’âge de 6 ans, lorsqu’il est raconté. Sinon, pour être lu, il est conseillé d’être un bon lecteur, je pense le CE2. Le conte dans le texte d’origine demande un excellent niveau de lecture.

   C’est l’histoire d’un marchand, père de trois filles, qui se retrouve perdu ; il entre dans un château enchanté, où il trouve un abri.

   Mais il cueille une rose, et la Bête apparaît, lui reprochant son ingratitude. Aussi la Bête lui donne l’ordre de ramener une de ses filles à sa place.

   La plus jeune, la seule qui est bonne, se rend à la place de son père. La bête se montre très serviable envers elle. Un soir, la Bête vient la voir au souper :

- Dîtes-moi, n’est-ce pas que vous me trouvez laide ?

- C’est vrai, dit la Belle, mais je crois que vous êtes fort bon. Quand j’y pense, vous ne me paraissez pas si laid.

- La Belle, voulez-vous m’épouser ?

- Non, la Bête, répond la Belle en tremblant.

   Un jour, la bête autorise la Belle à aller voir son père, mais la supplie de revenir avant huit jours, sinon, elle mourra de douleur.

   Belle retourne chez elle, couverte de richesses, mais ses deux sœurs sont jalouses. Elles essaient de la retenir le plus longtemps possible, pour la brouiller avec la Bête.

   Une nuit, Belle voit en rêve la Bête couché sur l’herbe, prête à mourir, qui lui reproche son manque de parole.

   Alors Belle, en larmes, se réveille, et grâce à une bague magique que lui a donnée la Bête, et se retrouve chez celle-ci. Mais elle ne la trouve pas. Elle se souvient de son rêve, la Bête se trouve dans le jardin ; Belle trouve la pauvre Bête étendue sans connaissance et la croit morte.

   « Alors qu’elle se jette sur son corps, Belle sent que son cœur bat encore. Elle court vite chercher de l’eau dans le canal et lui en verse sur la tête. A ce moment, la Bête ouvre les yeux et dit à la Belle :

- Vous avez oublié votre promesse ! J’avais tant de chagrin que je me suis laissé mourir de faim. Mais je meurs content puisque je vous revois encore une fois.

- Non, ma chère Bête, vous ne mourrez point. Vous vivrez et je vous épouserai, je ne puis plus vivre sans vous !

   A peine la Belle a-t-elle prononcé ces paroles qu’elle voit le château qui brille de lumières. Quand Belle se retourne vers sa chère Bête, quelle n’est pas sa surprise ! La Bête a disparu, et elle voit à ses pieds un prince magnifique. »

    Ce dernier lui explique qu’une méchante fée l’avait condamné à rester sous cette forme jusqu’à ce qu’une jeune fille consentît à l’épouser. La Belle et la Bête se marient et vivront pendant de longues années dans un bonheur parfait.

   Un des nombreux atouts de cette adaptation, ce sont les illustrations, qui séduiront toutes les filles, petites ou grandes (on voit sur la première page de couverture une belle jeune fille, toute vêtue de rose…) Bien sûr, l’adaptation de Walt Disney est supérieure à mon avis même au conte d’origine, il est en tout cas beaucoup plus « cohérent » dans son ensemble, et en un sens plus « romantique » : en effet, un prince devenu bête à cause de son manque de bonté offre plus d’intérêt et de vérité psychologique qu’un prince devenu bête juste à cause d’un mauvais sort jeté par une mauvaise fée. Personnellement, j’ai beaucoup aimé la Belle et la Bête de Disney, car elle raconte une « conversion », et je trouve que les histoires qui racontent des conversions sont les plus belles. Et puis il y a la figure de Gaston. Dans la version originale du conte, je crois que les sœurs de la Belle sont même métamorphosées en statues par une fée, qui vient en aide à la Bête, à cause de leur méchanceté.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :